La Feria de Douala

La Feria du RCP

Il y avait tout, comme dans le sud ouest (enfin je crois): tous le monde en rouge et blanc OBLIGATOIRE, 300 personnes (un monde fou quand même pour une feria à Douala!!!!), l’orchestre de cuivres (ce que j’appelle moi les “trompettes espagnoles”), open bar (gratuit) jusqu’à 9h30, plateaux de charcuterie, buffet de paella préparée par The famous cuisinier Oreste, plein de grandes tables de 20 personnes, une piste de danse, DJ Assy The one and Only, et l’ambiance.

Arrivée à la Feria: Clovis Eddy Thea et Merlin
Clovis Eddy Thea et Merlin

Je vous demande un peu d’indulgence car je découvre l’ambiance des fêtes populaires du sud ouest, terre de prédilection des rugbymen français, ici au Cameroun. Je ne suis donc pas au top en terme de vocabulaire, je n’ai peut être pas tout compris non plus avec l’accent (oui j’exagère 😆) et découvre des pratiques comme le paquito qui sont peut être pour vous des évidences.

Le dîner

A 9h20 j’ai chopé Merlin (l’autre ado du Rugby Club des Papas) au bar qui attendait 2 coca pour mélanger avec les 2 verres de whisky que Clovis avait à la main. Juste à temps cette fois pour confisquer le Jack Daniels. Ils ont probablement passé le reste de la soirée à danser et à rechercher des tickets de boisson. Ils avaient droit à une bière entre 20h et 2h du mat, il y en a peut être eu 2 …

Diner très sympa, bruyant, enjoué, arrosé, à une table très bien placée loin d’une baffle, avec de l’AIR et ça je vous jure c’est le rêve, la température variant de 40 degrés au moins sur la piste à 28 sur le parking.

Le service au buffet et les boissons à table (vin et champagne) était assuré par les joueurs du RCP eux-mêmes, organisateurs de cette septième feria devenue un must. Bravo messieurs!

Le Paquito Chocolatero

A mon goût le “paquito” a duré un peu. Je commence à parler le local, je m’y essayerai dans une prochaine chronique. Retournons à cette drôle de coutume où 50 mecs en pantalons blancs pour la plupart, se retrouvent assis par terre, jambes écartées, les uns derrière les autres comme une chenille, les bras en l’air, prêts à recevoir le paquet pour le passer en toute élégance au mec de derrière… Le paquet est une personne volontaire, pas forcément déjà bourrée, qui s’amuse à se faire porter allongée, bras et jambes tendus, à bout de bras tout le long de la chenille sur LE paso doble de Gustavo Pascual Falcó: Paquito el Chocolatero. En danse cela s’appellerait un “porté”, mais je n’y ai pas pensé tout de suite …

La soirée

DJ Assy, a clairement l’habitude des grandes soirées multi-culturelles (franco-camerounaises surtout) et sait enchaîner à merveille “Danse les sardines” de Patrick Sébastien avec “Take On Me” de Aha, je vous le concède c’est un challenge. Tout ça sans oublier Johnny Hallyday, Magic System et des groupes africains que je connais moins bien comme “Coller la petite” (de l’artiste camerounais Franko),

l’intégrale de Maître Gimms, un peu de salsa et de “latest hits” quand même. Chapeau l’artiste, la piste n’a pas désemplit de la nuit.

Conclusion

C’était génial! J’ai juste eu un peu chaud dans mon jean blanc…

Bises à toutes,

Thea

 

Journée d’action bénévole en famille

Journée d’action bénévole en famille

Nous sommes rentrés la veille d’Europe, mais nous voulions être là pour l’orphelinat Saint Joseph! Notre première action bénévole en famille (n’ayons pas peur du premier cliché: la famille expat BIEN).

Oreste, le meilleure cuisinier/restaurateur français du coin, organise avec le soutien du Rugby Club des Papas (the très connu RCP de la ville) une journée découverte-ateliers de rugby pour les enfants des rues du foyer Saint Joseph. Petrolax (il n’y a pas que PetrolCo dans les parages) prête son terrain de foot avec ses infrastructures, Oreste mobilise ses équipes pour préparer un déjeuner à la française (salades, brochettes de bœuf et poulet en sauce, gratin dauphinois, brandade de morue…) pour une centaine d’enfants. Les joueurs du RCP et les Mini RCP sont sur le terrain dès 9h du matin (il fait déjà 30° ou presque).

AM

Les enfants du foyer arrivent en bus avec Sœur Monique ici depuis 15 ans, successeur de la fondatrice de la mission. Il y a aussi Julien, “le nouveau coopérant” (je ne savais pas que ça existait encore, je rajeunis c’est cool non?) qui est là pour 2 ans, en charge de la gestion et du développement de la mission. Et puis, HEUREUSEMENT, les animateurs habituels des enfants.

Pendant que les RCP members, mini et maxi, sont sur le terrain, les mamans sont aux fourneaux pour préparer les gâteaux (cliché number 2). Il faut aussi trier les vêtements, retrouver les cahiers et crayons et l’enveloppe à donner à l’orphelinat.

Je vous rappelle que c’est le retour de 15j de vacances: donc en même temps on vide les valises, on fait les lessives (un minimum) et mince il n’y a RIEN dans le frigo! Courses à l’arrache avec l’essentiel du jour: des œufs, du beurre, du sucre et de la farine. Retour à la cuisine, vite, vite un gâteau au yaourt aux pommes et des cookies au choc et raisins secs (avec du recul j’aurais dû bêtement faire un mega gâteau au chocolat mais je voulais faire goûter des ingrédients de chez nous. Quoi? Je suis cucu? Oui bon bref, encore une tentative de Madame parfaite à l’eau).

Sans avoir déjeuné, on arrive sur le site à 14h avec un gâteau qui a mis 1h30 à cuire et la moitié des cookies car plus le temps, persuadée que tout était pour le dessert. Lila me soutient ou plutôt me suit depuis le matin avec l’unique espoir de peut être réussir à avoir un playdate en fin de journée quand tout ça sera fini. Le terrain est vide, les enfants sont encore à table dans le réfectoire. Dehors, quelques hommes blancs fument leur clope avec un pastis ou une bière à la main (cliché number 3, resistant: l’expat d’Afrique boit beaucoup et se laisse aller) mais la grande majorité des papas fait le service du dej à l’intérieur.

WAHOU!!!! Bravo les mecs! C’est très joyeux, convivial, mélangé, bonne ambiance… mais aussi BRUYANT et DEGUEU, il y en a de partout (vous me direz, c’est comme à la cantine mais justement je n’y suis pas et ici il n’y en a pas).

PM

Les gâteaux seront pour le goûter. La journée n’est pas finie: les ateliers c’était le matin maintenant on joue. Eddy est liquide, claqué mais heureux, c’est son truc l’encadrement, il a quand même passé son BAFA à 18ans 😉. Clovis et Phileas (15 et 13 ans) suivent le mouvement, ils vont enfin jouer… Pas sur que Philou ait bien capté le but de la journée dis-donc, je le vois râler de loin, il n’est pas avec ses copains. Les enfants du mini RCP sont répartis dans les différentes équipes avec les enfants du foyer. C’est pour ça qu’ils sont là depuis 9h du matin.

Pendant ce temps je rencontre et discute avec Sœur Monique et Julien qui veulent parler de leurs projets à PetrolCo … Là, je redeviens Marraine et les aiguille vers “the Comité des dames”. On se reverra. Mes copines arrivent peu à peu, elles savaient que ce n’était pas la peine d’arriver trop tôt, elles. On papote, on rigole et c’est l’heure du goûter. Au boulot. On coupe les gâteaux puis distribution. Heureusement que les animateurs sont là pour mettre de l’ordre et tout le monde en rang sur 2 files (oui même les mini RCP). Et c’est parti! Il y a même eu 2 passages, un franc succès.

Les mecs sont “à démonter et à repeindre” et à nettoyer aussi. Eddy est impatient de rentrer, mes garçons moins, ils ont retrouvé leurs potes, plein de choses à se raconter et pas du tout envie d’approcher leur bureau. Oui ils sont entre eux, on arrête là les clichés, on ne mélange pas en une journée deux mondes si éloignés. Mais ils ont joué ensemble c’est déjà ça 😇.

Nous quittons le terrain discrètement pendant que les enfants ont droit à une boisson et que les adultes terminent les bouteilles de pastis, “il fait soif” et toujours chaud c’est vrai.

Bisous à toutes,

Signé Thea

PS:

1- Non je n’ai pas de photos.

2- BAFA: Brevet d’Aptitude aux Fonctions d’Animateur.

3- L’organisation “Orphelinat Saint Joseph” pour les enfants des rues, comprend 2 “orphelinat/foyers” de garçons, une ferme de réinsertion avec activités agro-pastorales, et s’occupe du suivi des filles (en générale placées avec de la famille) soit à l’école, soit en formation professionnelle ou en apprentissage avec un système de crèche pour celles qui sont déjà mère.

4- Rappel: j’invente tous les noms de mes personnages bien évidemment fictifs 😘😘